Suzuran

Suzuran

Mathilda Abou-Samra

Promotion 2023

Spécialisation édition multimédia

Dans une ville paisible, lovée au pied majestueux du mont Daisen au Japon, réside Anzu, une céramiste talentueuse et récemment divorcée.
Sa vie, marquée par la quiétude et la création artistique façonnée dans l’argile, s’articule autour de son fils, qu’elle élève seule avec dévouement.
Anzu, immergée dans la sérénité de son atelier, s’absorbe dans la réalisation obsessionnelle d’une pièce unique, un vase en forme de clochette de muguet, surnommé Suzuran. C’est lors de cette confection qu’émerge un poème intime et poignant :

«Tu m’appelles sans voix,
comme une clochette silencieuse.
J’entends tout, Suzuran.
Je t’aime depuis toujours,
depuis avant ma naissance.»

L’équilibre de son quotidien tranquille est bousculé par la visite inattendue de sa sœur aînée, Kyoko, belle citadine ambitieuse, vivant au rythme frénétique de Tokyo. Leur réunion prend une tournure inattendue lorsque Kyoko présente Yûji, son fiancé, œuvrant dans le domaine pharmaceutique. Durant cette semaine de la Golden Week, une connexion singulière émerge entre Anzu et Yûji alors qu’il s’intéresse à l’art céramique de la jeune femme, partageant des instants privilégiés lors du kamataki.

Les intrications de leurs liens familiaux se dévoilent progressivement, révélant un secret douloureux : le divorce d’Anzu est étroitement lié à l’infidélité
de Kyoko, qui était la maîtresse de son ex-mari. Bien que tourmentée par cette trahison, Anzu opte pour la retenue, estimant avoir déjà exorcisé cette blessure. Mais lorsque Yûji déclare son amour à Anzu, accompagné de l’annonce de la grossesse de Kyoko, une nouvelle onde de choc ébranle leur relation naissante. Leur parcours se trouve alors confronté à un dilemme poignant lorsqu’ils décident de prendre une pause pour réfléchir à la meilleure voie à suivre pour l’enfant à venir. La tragédie frappe durement lorsque Kyoko annonce qu’elle a un cancer.
Cette épreuve bouleverse les vies d’Anzu et Yûji qui, émus par la situation, décident de garder leur amour secret. Mais Kyoko vers la fin de sa grossesse va demander à Anzu de bien vouloir se marier avec Yûji pour élever l’enfant ensemble après son départ. Elle décède peu après avoir donné naissance à (insérer le nom de la gamine), une petite fille qu’Anzu avait aperçu en rêve peu avant le départ de sa soeur, cette coïncidence solidifie le sentiment que fonder une famille avec Yûji faisait partie de son destin.

Suzuran

Mathilda Abou-Samra

Mathilda Abou-Samra

promotion 2023

Spécialisation édition multimédia

Dès l'âge de onze ans, j'ai cultivé une passion pour le dessin, me poussant à explorer cette voie. Après l'obtention de mon baccalauréat littéraire, jai entrepris de postuler dans deux écoles renommées : Émile Cohl et l'ESMA Toulouse. J'ai eu la chance d'être acceptée en première année dans les deux institutions, mais j'ai pris la décision de poursuivre mes études à l'ESMA, réputée pour sa spécialisation en animation 3D, en quête d'une stabilité professionnelle. Cependant, rapidement, j'ai pris conscience que la dimension technique de la 3D ne me convenait pas, menant à un épuisement professionnel et à un arrêt de mes études. Après avoir postulé à nouveau, jai été acceptée une seconde fois à Émile Cohl pour ma première année. Cette expérience à Toulouse, même si elle a été difficile, m’a permis d'approfondir ma maîtrise du dessin, me préparant sereinement ma licence et master en édition au sein de l'école. Dans mon travail je mélange une approche traditionnelle et numérique. J’essaye d'allier la praticité du numérique avec l’individualité des aquarelles. J’ai travaillé sur l’adaptation illustrée du roman “Suzuran” D’Aki Shimazaki où je développe mon univers et lui donne du sens. Je suis très excitée à l’idée d’en faire mon métier et de continuer mon chemin d’artiste.