Antoine Vincent, animateur FX et professeur à Angoulême

Antoine Vincent, animateur FX et professeur à Angoulême

Publié le 9 juin 2021

Antoine Vincent, animateur FX et professeur à Angoulême

A la rentrée 2021, il partagera son activité entre une série TV jeunesse et ses débuts d’enseignant à l’école d’Angoulême : Antoine Vincent, 26 ans, démarre sa carrière dans l’animation pied au plancher.

Diplômé en 2020 de la spécialisation en cinéma d’animation, il est embauché aussitôt par le studio angoumoisin Malil’Art Productions qui l’avait accueilli en stage de fin d’études, où il avait enchaîné les tâches : « On m’a confié du clean de storyboards et des recherches d’ambiance sur un projet interne au studio», raconte-t-il. « On m’a ensuite confié des modélisations 3D, mais aussi des illustrations de cartes maritimes combinant le dessin traditionnel et la liberté de la 3D. J’ai aussi travaillé en animation FX durant mon stage. C’est ainsi que j’ai eu l’occasion de toucher à différentes méthodes de productions et de poste, autant par choix personnel que par souci du studio de voir ma capacité à changer de registres. »

Depuis six mois, il est animateur FX sur Gus, le chevalier minus, une série TV préscolaire de 52 épisodes en animation 3D d’après l’œuvre de Françoise de Guibert et Dankerleroux, produite par Technicolor Animation Productions. Les aventures de ce garçonnet haut comme trois pommes seront diffusées sur TF1. « Sur cette série, je m’occupe de produire toutes les interactions entre les personnages et les décors, comme les effets d’eau ou de fumée mais aussi les éléments magiques. » 

En tant que professeur à l’école d’Angoulême, il prendra deux cours en charge : dessin animé et dessin de plâtre et d’objet. Comment va-t-il les aborder ? « Je serai dans la ligne de ce qui m’a plu quand j’étais étudiant : acquérir les bases du dessin académique pour être ensuite plus à l’aise face aux logiciels. Les logiciels, on les assimile relativement vite et ils se renouvellent souvent. Tandis qu’apprendre le dessin, c’est beaucoup plus long, mais la compétence acquise ne change pas ! »

Cette approche autorise ensuite toutes les innovations, selon lui : « Un exemple : je m’amuse à produire des scènes animées avec Unreal Engine, un logiciel 3D de rendus en temps réel habituellement utilisé pour le développement de jeux vidéo. Je n’ai pas appris à faire cela à l’école, mais j’ai retenu que vous avez à chaque fois 1.000 solutions pour fabriquer une image. L’important, c’est la curiosité. Elle me pousse à explorer le dessin et les enjeux de l’animation pour mieux les comprendre ».

Voir son projet de fin d’études

Travaux personnels :

  • Legende
Legende
Décor de son film de fin d'étude ; L’Héritage oublié

Décor de son film de fin d’étude ; L’Héritage oublié

Publié le