Elle dessine pour le château de Versailles

Elle dessine pour le château de Versailles

Durant l’été 2022, Carla Charreton a illustré un conte pour enfants actuellement présenté au château de Versailles. Le saut dans le grand bain pour Carla, encore étudiante en 5e année

 

C’est un conte pour enfants qui est programmé chaque semaine dans une salle du château de Versailles depuis le début de l’exposition Louis XV, passions d’un roi (du 18 octobre 2022 au 19 février 2023). Assis sur des coussins dispersés devant un petit théâtre en bois dans l’Aile nord des ministres, les jeunes visiteurs assistent au récit de L’Incroyable exploit de Sire Ananas 1er qu’a illustré une étudiante de la spécialisation édition multimédia, Carla Charreton.

Le conte est inspiré d’une histoire vraie : la prouesse d’un jardinier qui a réussi à faire pousser des ananas dans les serres du château. Au début du 17e siècle, le jeune Louis XV en confia la mission au responsable du potager royal, Louis le Normand. Celui-ci s’en acquitta si bien que le roi fit peindre l’ananas par Jean-Baptiste Oudry, que les arts décoratifs firent ensuite du « Roy des fruits » un emblème de la table royale, et que sa culture sous serres chauffées se développa tout au long du 18e siècle.  

L’histoire jouée devant les petits visiteurs met donc en scène le roi, son jardinier, les tout premiers œilletons d’ananas introduits à Versailles… ainsi qu’une protagoniste inattendue – mais essentielle pour entrer dans l’univers du conte – : une petite femelle chimpanzé, Azalée, dont les efforts pour assister Le Normand dans sa tâche vont amuser l’auditoire durant près d’une heure. Pour ce conte, Carla a produit 13 illustrations montées sur rouleau, que la conteuse fait défiler, à la manivelle, dans un théâtre d’images fabriqué au château.  

Le procédé fait immédiatement penser au kamishibaï ou « théâtre de papier » inventé au Japon, mais c’est à un autre dispositif que font référence les conservateurs de Versailles : celui des transparents du peintre et dessinateur Carmontelle (1717-1806) qui, pour divertir la noblesse, faisait défiler à la manivelle de longs décors peints à l’aquarelle et à la gouache sur rouleaux de papier fin, rétroéclairés à la bougie. Remise au goût du jour, l’invention narrative de Carmontelle a rejoint l’offre culturelle pensée pour les publics prioritaires et les familles.  

Au printemps 2022, le secteur éducatif du château de Versailles propose à l’école un appel à projets pour les étudiants de la spécialisation édition. Début juin, dix Cohliennes de 4e année se portent volontaires et participent à une réunion de présentation par visio-conférence. Elles font connaissance avec les commanditaires et discutent du test qui leur est proposé : réaliser deux illustrations du conte, accompagnées d’une note d’intention et d’une planche de character design de tous les personnages, œilletons et ananas. Deux semaines plus tard, la lauréate est désignée. Carla Charreton s’engage à occuper son été pour préparer 13 illustrations originales.  

Pour elle, l’aventure commence aussitôt par une visite de deux jours au château : « Quand nous avons reçu l’appel à candidatures, je n’étais pas sûre de pouvoir mener ce projet de front avec mes autres travaux et la préparation de mon diplôme », raconte Carla, « mais l’histoire me parlait et le partenariat me semblait suffisamment assuré. L’équipe de Versailles s’est tout de suite montrée très à l’écoute, très en appui ». Comme ses autres compagnons de promotion, elle a alors plusieurs projets de livres à son actif qui lui ont permis de mettre au point sa technique, faite d’aplats de gouache réhaussés aux crayons de couleur.

C’est pourquoi le dessin n’est venu qu’après l’étape de documentation. Elle explique : « J’ai consulté de long en large le site et les vidéos YouTube du château de Versailles. Avec ce point de départ, je me suis dirigée vers d’autres lectures encore. Tout en effectuant mes recherches, j’ai beaucoup écouté les compositeurs du 17e siècle pour me plonger dans l’ambiance du conte – en particulier Jean-Philippe Rameau ». Carla utilisera même l’extrait d’une partition de Forêts paisibles, tirée des Indes galantes, dans l’une de ses illustrations.  

Ses premières références iconographiques en place, elle s’attaque d’abord aux personnages. Chacun d’eux est ainsi caractérisé par « sa » couleur, et chaque couleur est composite. « En classe de Prépa Dessin, Jean Grosson nous interdisait d’utiliser la couleur directement sortie du tube. Il nous a appris à préparer nos palettes au ressenti, suivant l’objet que nous voulions peindre ». Par juxtaposition de teintes, elle définit un bleu sombre pour le singe, un bleu plus clair pour le roi. Pour le jardinier Le Normand (ill. ci-dessous) Carla crée un rose : « C’est une couleur fraîche et joyeuse dont j’avais besoin pour le conte. C’est aussi la complémentaire du vert clair que j’avais prévu pour le potager. Le personnage ressort bien quand il s’y déplace »

Les décors ont demandé des ajustements successifs. Sans jamais perdre le contact avec l’équipe de Versailles ni avec ses professeurs qui l’ont accompagnée durant l’été, les illustrateurs jeunesse Isabelle Chatellard et Fred Mansot, et l’historien de l’art Cyril Devès, Carla a combiné recherche documentaire et création. Comme si voulant émouvoir et toucher l’intuition des jeunes publics, la dessinatrice s’était employée à le faire avec des images pouvant parler aussi aux historiens.

A la fin de l’été 2022, Carla a terminé les retouches de ses crayonnés. Elle passe à la mise en couleur traditionnelle, finalise l’ensemble des illustrations sur Photoshop pour soigner la finition. Puis elle remet un fichier en haute-définition qui sera utilisé pour imprimer l’histoire sur un rouleau de plusieurs mètres, le jour J du délai convenu pour le bon à tirer.

« Ce projet est une belle aventure et une jolie réussite pour le château et son public », juge aujourd’hui Lucie Manin, chef du secteur éducatif au château de Versailles. « Carla a su saisir à merveille l’ambiance du conte et le transcrire dans son univers, à la fois facétieux et merveilleux. »

« Travailler avec Carla fut un réel plaisir », complète sa collègue Agnès Grelier. « Très professionnelle, elle s’est montrée toujours très constructive et créative, retranscrivant dans ses illustrations les attentes des différents interlocuteurs : auteur, conservateur… Carla a su parfaitement composer avec les différentes contraintes de la médiation au Château et transcrire avec intelligence et talent l’univers de Versailles, l’ambiance du conte et le caractère d’Azalée ».

La suite de l’histoire est à découvrir à Versailles ! La perspective d’y dessiner vous tente, vous aussi ? Début juillet 2023, l’école organisera un stage de carnet de voyage de cinq jours animé par l’un des professeurs de Carla, Jean Grosson, avec le concours d’un jardinier de Versailles. 

  

 

« L’Incroyable exploit de Sire Ananas 1er »

 

Formation au carnet de voyage

  • Formation tout public
  • Informations et inscriptions : ici

 

Crédits : croquis préparatoires et illustrations de Carla Charreton ;
Photo (C) RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot : « Un ananas dans un pot, posé sur une plinthe de pierre » (1733), tableau de Jean-Baptiste Oudry