Profession : storyboarder et layout artist

Profession : storyboarder et layout artist

Elles et il sont lead layout, layout artist et storyboarder. Comment vivent-ils leur métier, à l’interface de la réalisation et de la fabrication d’un film d’animation ? Voici le témoignage de trois jeunes artistes qui ont contribué à des films et séries de référence.

Quentin Reubrecht, storyboarder chez Xilam

«  Le storyboard donne à voir ce que sera le film d’animation. Chaque image doit donc être pensée comme la partie d’un tout et pas seulement comme une image fixe. Le découpage dessiné du storyboarder tient plus du cinéma que de l’illustration, le dessin n’étant qu’un outil au service du langage cinématographique.

Je me suis spécialisé dès la fin de mes études en animation. Fin 2015, Xilam m’avait engagé comme assistant storyboarder avant de me confier le storyboard du film de Jérémy Clapin. C’est une fonction qu’on découvre souvent sur le tas, alors qu’elle nécessite une grande proximité avec le réalisateur et une bonne compréhension du montage, pour lui permettre de mener son projet à bien. C’est donc bien que ce métier puisse désormais être enseigné dès l’école ».

 

Références

– Storyboarder pour Le Sommet des dieux, de Patrick Imbert
– Storyboarder pour J’ai perdu mon corps, de Jérémy Clapin (César 2020 du meilleur film d’animation et de la meilleure musique originale)
– Storyboarder pour la série Kaeloo – saisons 3 et 4

Lison Sabiols, lead layout et lead animatrice

« Le layout artist intervient entre le storyboard et l’animation. Il s’empare en premier des décors pour camper la mise en scène, puis des personnages auxquels il donne les poses clés et certaines des expressions faciales. L’activité peut être scindée : d’un côté les décors, de l’autre les poses des personnages.

Le layout est le « filet de sécurité » des animateurs qui devront rythmer le mouvement des personnages dans un espace déterminé. Mon rôle est de leur éviter d’avoir à refaire leurs plans. C’est un travail d’équipe : je me mets au service d’une production.
Selon qu’on produit un film ou une série, l’activité du layout artist ne sera pas tout à fait la même.

En série, il faut produire beaucoup de poses pour éviter que l’animateur ne soit dans l’incertitude face aux changements de rythmes du récit. Pour le film long métrage, à l’inverse, les animateurs sont plus libres d’interpréter la scène. La clé, c’est de valoriser la démarche du réalisateur ».

Références

– Lead animatrice pour Ronde de nuit, de Julien Régnard
– Layout et animatrice pour Calamity, de Rémi Chayé (César 2021 du meilleur film d’animation)
– Lead layout pour la série De Gaulle à la plage, d’Yves Ferri et Philippe Rolland (ARTE)
– Animatrice pour J’ai perdu mon corps, de Jérémy Clapin (César 2020 du meilleur film d’animation et de la meilleure musique originale)

Solène Chevaleyre, layout artist et artiste décors

«  Illustratrice de formation, c’est comme artiste décors-couleur que j’ai fait mes débuts dans le cinéma d’animation. J’ai découvert le layout en 2017 pour le film Petit Vampire, de Joann Sfar. J’étais au contact des réalisateurs et des storyboarders : on se sent donc très vite impliqué dans la réussite du film.

J’ai appris les spécificités de ce métier sur le tas – même si l’école m’avait appris la majorité de l’affaire ! Il faut être attentif à l’enchaînement des scènes, pour être sûr d’apporter des indications claires aux animateurs. Le layout artist intervient moins sur le volet créatif que le storyboarder, mais il doit prendre des décisions techniques majeures : vous anticipez les aléas de production et les bugs.


Il faut savoir dessiner de manière efficace, comprendre la perspective, le design, et parfois gérer les mouvements de caméra. Après
Petit Vampire, j’ai enchaîné à Madrid une deuxième expérience de layout artist pour Klaus, de Sergio Pablos… pour lequel j’ai repris aussi les décors-couleur ! »

Références

– Layout artist et artiste décors pour Klaus, de Sergio pablos (BAFTA 2020 du meilleur film d’animation, sélection aux Oscars 2020)
– Layout artist pour Petit Vampire, de Joann Sfar
– Artiste décors pour Parvana, une enfance en Afghanistan, de Nora Twomey (3 prix au Festival d’Annecy 2018, sélection aux Oscars 2018)
– Artiste décors pour Adama, de Simon Rouby (sélection aux César 2016)

Formez-vous à ces métiers à Angoulême

L’école ouvre un établissement à Angoulême pour y proposer une formation à ces métiers dès la rentrée 2021. Pour en savoir plus et proposer votre candidature, rendez-vous sur la page consacrée à cette nouvelle formation en 2 ans : www.cohl.fr/formations/storyboard-layout