Aux RAF d'Angoulême, le cinéma d'animation renoue avec la croissance

Aux RAF d’Angoulême, le cinéma d’animation renoue avec la croissance

La crise sanitaire de 2020 a perturbé le secteur de la production du film d’animation, mais le niveau d’emploi s’est quasiment maintenu à celui de 2019. Les observateurs tablent sur une reprise rapide de la croissance.

Aux 13e Rencontres animation formation d’Angoulême (24 – 26 novembre 2021), les statisticiens d’Audiens et de la CPNEF Audiovisuel ont livré une analyse optimiste de l’activité du cinéma d’animation en France, devant 350 responsables d’entreprises, d’institutions et d’écoles de cette filière.

Globalement, 163 studios emploient 7.800 salariés, dont 6.700 techniciens d’animation (DA, animateurs, modeleurs, storyboardeurs, layout artists…). Depuis 2010, le nombre d’emplois progresse de +5% par an, en moyenne.

Si le nombre d’animateurs a sensiblement décru en 2020 par rapport à 2019 (2.370 emplois), les autres spécialités ont en revanche davantage recruté, particulièrement le storyboard (534 emplois), le layout (684 emplois), les effets visuels VFX (590 emplois) et la direction artistique (302 emplois).

L’École Émile Cohl a exprimé ses positions d’acteur de la formation, que ce soit au titre de ses établissements de Lyon et d’Angoulême, des artistes-enseignants qui vivent l’évolution des métiers, et de sa participation au Réseau des écoles françaises de cinéma d’animation (Reca) dont Aymeric Hays-Narbonne (photo) assure depuis 2017 la présidence. Le Reca est à l’origine, cette année, d’une plateforme de mise en relation entre employeurs et étudiants des 27 écoles du réseau (Animconnect)

 

 

Crédits : Grégory Brandel / Pôle Image Magelis