Cap sur le festival d'Annecy

Cap sur le festival d’Annecy

En sélection officielle et au Mifa, le marché international du film d’animation, l’école et les alumni hissent le pavillon artistique

Le plus grand festival international du film d’animation fait son retour du 13 au 18 juin. Plusieurs anciens étudiants ont pris part aux films programmés ou en compétition. Le festival fait ainsi la surprise de projeter en plein air Bad Guys de Pierre Perifel, dimanche 12 juin, la veille de l’ouverture.

En compétition officielle on retrouvera Le Petit Nicolas, Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? d’Amandine Fredon et Benjamin Massoubre. Fursy Teyssier (promotion 2007) en est le directeur artistique, tandis que Sébastien Hivert-Mallet (professeur d’animation à Angoulême), le 1er assistant réalisateur. Leur film a déjà effectué un passage remarqué au Festival de Cannes.

Autre long métrage en lice, Interdit aux chiens et aux Italiens, d’Alain Ughetto, compte Marjolaine Parot (promotion 1994) dans l’équipe des animateurs de stop motion et Marie Clerc (promotion 2019) dans celle de la fabrication des marionnettes. On se souvient qu’en 2020, Marie avait décroché le prix du meilleur film de fin d’études au festival du stop motion de Montréal, pour Une de perdue.

Dans la catégorie des meilleurs courts métrages, on applaudit la sélection de Miracasas de Raphaëlle Stolz (promotion 2011), également retenu au festival de Zagreb. Pour ce premier film en tant que réalisatrice (outre un court-métrage de la collection En sortant de l’école, Le Salsifis du Bengale), Raphaëlle a obtenu les aides du CNC et la bourse Lagardère. Elle a co-écrit l’histoire avec Augusto Zanovello, celle d’un village en Amérique du Sud, Miracasas, qui pour perpétuer des rites de réincarnation a besoin d’un cadavre et fait assassiner le personnage principal de l’intrigue, Ernesto. Nous consacrerons bientôt un article à cette jeune réalisatrice, qui a gardé de l’école un souvenir intact de ses cours de dessin, peinture et sculpture.

Impossible d’évoquer le festival d’Annecy sans son grand rendez-vous des professionnels, le Mifa. Aux conférences Mifa Campus consacrées aux processus de création ou de formation, Antoine Rivière, directeur général de l’école, interviendra le 17 juin dans une session consacrée au projet Paris-Lyon-Singapour, auquel l’école participe depuis quatre ans aux côtés de l’Atelier de Sèvre (Paris), de Lasalle College of the Arts (Singapour) et de l’Université de technologie de Nanyang (Singapour).

“Paris-Lyon-Singapour” est le fruit d’une coopération internationale créée en 2018 sous l’impulsion de l’Ambassade de France à Singapour et de CITIA, organisateur du festival d’Annecy. Elle engage chaque année nos écoles d’art à réaliser des courts métrages sur un sujet interculturel. Cette année, les étudiants 4e année de cinéma d’animation ont produit leurs films sur le thème “Vivre ailleurs”. Leurs films rejoindront la plateforme Youtube de Paris-Lyon-Singapour à l’issue de cette rencontre.

Autre temps fort, les Espoirs de l’animation ont mobilisé les mêmes étudiants dans une compétition entre écoles adhérentes du Réseau des écoles françaises de cinéma d’animation. Rappelons-en le principe : par équipe, ils disposent d’un mois pour réaliser en cours un film d’une minute, diffusé ensuite sur l’une des trois chaînes partenaires des Espoirs, Gulli, TIJI et Canal J. Les récompenses sont remises lors du Mifa. Nous avons réunis tous leurs films, à consulter : ici.

Pour terminer, retenons enfin cette prouesse individuelle de deux étudiants de 2e et 5e année :  Gabriel Alvarez et Marianne Maffray ont tous les deux été sélectionnés au Disney art Challenge. Ils sont en finale d’une compétition de concept art à laquelle ont participé 349 candidats. Les lauréats seront désignés le 17 juin, durant le festival d’Annecy. Pour découvrir leurs visuels et participer au vote, c’est : ici.

 

 

Crédits : Raphaëlle Stolz