Une année en Prépa Dessin

Une année en Prépa Dessin

Adrien Kozlowski

Prépa Dessin

Suivez l’évolution du dessin d’Adrien Kozlowski, tout au long de son année en Prépa Dessin 2020-2021

La formation Prépa Dessin

En 1 an, la Prépa Dessin permet aux étudiants d’acquérir les bases du dessin et d’apprendre à construire leur regard : perspective, dessin d’objet, sculpture, modèle vivant.

La série de dessins ci-dessous réunit des exercices de modèle vivant, de dessin d’objets et d’étude documentaire qui se sont échelonnés sur l’année 2020-2021. Les étudiants travaillent d’abord en noir et blanc avant de s’emparer de la couleur : « Dans les premiers mois, on pratique beaucoup les techniques académiques au fusain, à la pierre noire et à la pierre blanche », raconte Adrien« On travaille aussi la composition d’objets de la vie quotidienne pour apprendre à les situer dans l’espace. On aborde ainsi les notions de mise à l’échelle et de perspective. On cherche la justesse des formes. »

Pour l’exercice de représentation d’un paquet de bonbons au crayon de couleur, Adrien se souvient avoir été attentif à travailler l’ambiance et les contrastes. « La consigne de la professeure était de donner envie au spectateur de manger des bonbons, rien qu’avec des crayons de couleur. » L’étude documentaire naturaliste a été aussi pour Adrien un moment marquant : « J’ai cherché à suggérer une chaîne alimentaire par des jeux de regards des animaux entre eux et par des effets de courbes ». Au préalable, les étudiants s’étaient documentés. « On a pu aussi avoir sous les yeux les travaux de notre professeur avant de se lancer. Cela a rendu l’exercice tangible : on a tous essayé de s’approcher d’un rendu professionnel ».

Découvrir la formation

"Je suis originaire de Paris, où j'ai d'abord fait une prépa avant de venir à l'École Émile Cohl. J'ai trouvé qu'ici les cours étaient plus encadrés, avec un vrai suivi dont j'avais besoin pour progresser. Dans cette prépa, j'ai apprécié l'esprit de découverte que nos professeurs nous poussent à avoir. On nous demande de nous documenter, que ce soit pour comprendre comment l'artiste a procédé, ou pour voir comment la lumière circule dans une image. On apprend à ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure, à prendre de la distance, à ne pas se précipiter. On est dans le calcul. Au début, c'est contraignant et douloureux. Puis à un moment, cela devient une vraie liberté. On réalise qu'on peut dépasser la contrainte quand on parvient à faire un détail juste. Ce dont j'ai envie pour la suite ? Pour le moment, c'est le dessin de personnages pour l'animation 2D qui m'intéresse. Mais je veux cultiver aussi une curiosité pour les logiciels 3D, pour être à la page".